Archives de Tag: Ecolo

Burger Home Made

Si je ne suis toujours pas prête à arrêter la consommation de viande, j’essaie aujourd’hui de ne consommer que celle issue d’animaux traités avec respect. Par exemple, je n’achète que des oeufs provenant de poules élevées en plein air ! Les poules en cages ne disposant que de 432 cm² pour vivre, soit moins d’une feuille A4…

Depuis que je sais qu’un poulet dans la nature vit dix ans et celui que l’on mange chez McDonald’s, quarante-cinq jours (car s’il vivait plus longtemps, ses pattes se casseraient sous son poids) j’ai décidé de ne plus aller chez Ronald… Grande adepte des hamburgers, la solution : du fait maison. Et finalement c’est bien meilleur, et surtout chacun peut mettre ce qu’il veut à l’intérieur !

Pour cet Hamburger :

  • 1 petit pain au sésame acheté chez le boulanger et saisie à sec  du coté intérieur sur poêle bien chaude
  • 1 feuille de salade
  • 1 tranche de tomate
  • quelques pousses germées (ex : soja, radis, alfafa, etc)
  • un peu de « pili-pili » (huile pimentée)
  • de l’oignon rouge que j’ai fait suer avec de l’huile d’olive
  • 1 steak haché
  • du gorgonzola que j’ai fait fondre sur le steak en train de cuire.

O.

Publicités

L’effet planète

Pour cette nouvelle année j’aimerai vous parlez d’un sujet qui me tient de plus en plus à coeur : l’écologie. Une des mes principales résolutions pour cette année 2011 devenir locavore c’est à dire consommer local ! (Tant que possible)

Je ne suis pas une pro du BIO ; ce que je préfère ce sont les marchés paysans, où l’on peut établir un vrai contact avec les producteurs. On réduit les transports de marchandises et on fait marcher l’économie locale. De plus leurs fruits & légumes suivent le fil des saisons ! Par exemple, aux premières gelées on ne trouve plus de courgettes… Le marché c’est aussi l’occasion de découvrir d’autres produits parfois méconnus (quoique, pour les légumes dis « oubliés » ils reviennent à la mode). Et surtout acheter des produits de saison permet de redécouvrir chaque année le plaisir de manger des fraises à partir du moi d’avril ou encore de la mâche de novembre à février, etc…

Je n’aspire pas non plus à devenir végétarienne, en tout cas pas pour le moment, mais je consomme très peu de viande. Cependant dès que j’en achète chez mon boucher, je sais que ce sont des animaux qui ont été élevé en plein air.

Enfin pour ce qui est de mon empreinte écologique, j’essaie chaque jour de faire des petits gestes, car je pense que si chacun fait un petit effort, même un seul à nous tous c’est déjà un pas en avant ! Par exemple, je pense à éteindre chaque pièce derrière moi, non seulement parce que je n’ai pas d’action chez EDF, mais surtout parce qu’ainsi je consomme moins. J’étais très frileuse, 22° à la maison et je me plaignais encore du froid, mais finalement, avec de la volonté et un petit gilet, les 19° aujourd’hui je les vis très bien !

Si le sujet vous intéresse :

Suiver SoAnn sur twitterAnne-Sophie économiste de formation (spécialisée sur les questions de commerce et développement et sur les liens entre économie et terrorisme), j’use de mon « virus de l’info » pour essayer de transmettre au plus grand nombre une grille de lecture plus verte de l’actualité!                                     Son travail :

Et pour la cuisine !! http://www.cuisine-campagne.com/index.php?

Gourmande, locavore et écocitoyenne. Je mets un point d’honneur à proposer des recettes fiables et détaillées, souvent précédées d’explications et illustrations permettant de les réussir au mieux. Quant aux autres billets, ils font très souvent l’apologie de la nature, du terroir et de tout ce qui touche à l’art de vivre à la campagne.

O.